Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 décembre 2010 3 22 /12 /décembre /2010 00:04

 

affiche_wefeedtheworld.jpg

Réalisé par Erwin Wagenhofer en 2007

Chaque jour à Vienne, la quantité de pain inutilisée, et vouée à la destruction, pourrait nourrir la seconde plus grande ville d'Autriche, Graz... Environ 350 000 hectares de terres agricoles, essentiellement en Amérique latine, sont employés à la culture du soja destiné à la nourriture du cheptel des pays européens alors que près d'un quart de la population de ces pays souffre de malnutrition chronique. Chaque Européen consomme annuellement 10 kilogrammes de légumes verts, irrigués artificiellement dans le Sud de l'Espagne, et dont la culture provoque des pénuries d'eau locales...

Pourquoi les tomates européennes se retrouvent-elles sur le marché africain trois fois moins chers que les productions locales du paysan sénégalais qui ne parvient plus à vivre de son agriculture ? Pourquoi affamer des populations pour donner le superflu à d’autres ? Après Le Cauchemar de Darwin et Une vérité qui dérange,  We Feed the World s’attaque à nos assiettes ! Un film pour éveiller les consciences du « consomm’acteur » sur les incroyables gâchis de la production et décortique les dessous de la fabrication de nos aliments industrialisés, jusqu’à la folle politique de distribution des supermarchés. Une enquête choc qui ne donne pas la parole qu’aux pêcheurs, fermiers, agronomes, biologistes mais qui interroge aussi le responsable de Pionner, le leader mondial des ventes de semences, Peter Brabeck, ainsi que le P.D.G de Nestlé, plus importante multinationale agro-alimentaire mondiale.

Avis perso: même si je suis d'accord avec certaines critiques qui trouvent ce film trop démagogique, je recommande à tout le monde de le voir pour se faire votre propre idée et mieux comprendre ce qu'il y a dans votre assiette. Je ne pourrais plus jamais manger du poulet élevé en batterie de toute ma vie...

On peut voir deux extraits par ce lien:

http://www.editionsmontparnasse.fr/product?product_id=1037&v=fiRRM3#video-tab

Repost 0
Published by marie.nature. - dans Films et docs
commenter cet article
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 23:41

affiche_solutions_locales.jpg

Dépassant la simple dénonciation d'un système agricole perverti par une volonté de croissance irraisonnée, Coline Serreau, après avoir parcouru le monde pendant 3 ans, nous invite à découvrir de nouveaux systèmes de production agricoles, des pratiques qui fonctionnent désormais et garantissent une sécurité alimentaire pérenne.

« Bientôt quand on se mettra à table, il ne faudra plus se souhaiter bon appétit, mais bonne chance». La phrase, énoncée par un agronome, clôt avec humour le documentaire efficace de Coline Serreau « Solutions locales pour un désordre global ». Après l'énoncé des catastrophes, montrées dans les films de Hulot ou Arthus Bertrand, les solutions : en femme, mais aussi en mère qui veut bien nourrir ses enfants, la réalisatrice de « La Belle verte » s'attaque au problème de notre terre nourricière, qui, partout dans le monde, se meurt aujourd'hui. D'être mal et trop traitée, bourrée de pesticides qui la tuent tout en empoisonnant ses fruits et font des paysans une espèce en voie de disparition ». Après la guerre, s'est mis en place, petit à petit, un véritable génocide des paysans » explique Coline Serreau « Il fallait écluser les stocks de produits chimiques et on les a détournés vers la terre. On a ensuite éliminé tout ce que la terre et les animaux donnaient gratuitement pour y substituer des semences non reproductibles, comme les OGM ».

Alors, en France, mais aussi en Inde, en Ukraine, au Brésil, au Maroc, Coline Serreau est allée à la rencontre d'agriculteurs, d'agronomes, d'économistes, qui tout en expliquant les données du problème, ont chacun, dans leur domaine, mis en place des solutions. Comme ces fermiers bretons qui ont créé des AMAP (Associations pour le maintien de l'agriculture solidaire) et qui vendent leur récolte sans passer par les réseaux habituels. Cet agronome qui a créé dans le Gard une association qui vend des semences bio ou oubliées- il y avait plus de 1 000 variétés de pommes en 1900, on en cultive sept aujourd'hui- ou encore ce collectif de paysans bio en Inde-pays inondé d'OGM- qui produisent leur engrais naturel et qui font vivre quinze familles sur leur exploitation.

Passionnant mais aussi concret, ce film plein d'espoir, donne envie d'agir. « La meilleure façon de lutter contre les multinationales, c'est de s'en passer » est-il ainsi expliqué… À chacun de nous, donc de dire non, d'abord en consommant « propre » et en soutenant les initiatives locales. Pas de fraises en hiver, de poulet aux hormones, de légumes dénaturés...

Bande annonce: link

Repost 0
Published by marie.nature. - dans Films et docs
commenter cet article
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 23:17

Chaque année en Europe 100 000 enfants meurent de maladies causées par l’environnement. 70% des cancers sont liés à l’environnement dont 30% à la pollution et 40% à l’alimentation. Chaque année en France, on constate une augmentation de 1,1% des cancers chez les enfants. En France, l’incidence du cancer a augmenté de 93% en 25 ans chez l’homme. Dans un petit village français au pied des Cévennes, le maire a décidé de faire face et de réagir en faisant passer la cantine scolaire en Bio. Ici comme ailleurs la population est confrontée aux angoisses contre la pollution agro chimique. Ici commence un combat contre une logique qui pourrait devenir irréversible, un combat pour que demain nos enfants ne nous accusent pas.

Avis perso: Pas beaucoup de nouvelles infos pour les personnes déjà dans le bain, mais une ambiance générale positive avec malgré tout, les inévitables moments informatifs plus "plombants". Persuasif.nos_enfants_nous_accuseront-0.jpg

Pour voir la bande annoncelink

Repost 0
Published by marie.nature. - dans Films et docs
commenter cet article
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 23:12

herbe-le-film.jpgAu cœur de la Bretagne paysanne, deux visions du métier d’éleveur laitier se confrontent. 
Alors que des Hommes se sont engagés depuis plusieurs années dans une agriculture autonome, durable et performante, le courant majoritaire de la profession reste inscrit dans un modèle de production industriel, fortement dépendant des groupes agricoles et agro-alimentaires…

Avis perso: documentaire très spécialisé, intéressant même si parfois un peu "rébarbatif". Devrait surtout être visionné par les professionnels de l'agriculture...

Pour voir la bande annonce : link

Repost 0
Published by marie.nature. - dans Films et docs
commenter cet article
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 23:00

severn.jpg

 

Après le succès de "Nos enfants nous accuseront", le nouveau film de Jean-Paul Jaud est sorti en salles le 10 novembre dernier.

En 2008, Jean-Paul Jaud éveillait les consciences en faveur d’une agriculture durable et responsable, dans son film Nos enfants nous accuseront. Le documentaire racontait l’introduction du bio dans la cantine scolaire de Barjac et dressait un constat dur mais réel des impacts du modèle agricole dominant sur la santé de la planète et de ses habitants. 

Le 10 novembre dernier est sorti la suite : Severn, la voix de nos enfants, véritable invitation au passage à l’action. 

Synopsis du film : 

En 1992, au Sommet de la Terre à Rio de Janeiro, Severn Cullis-Suzuki, une enfant de 12 ans interpellait les dirigeants du monde entier sur la situation humanitaire et écologique de la planète. En 2009, Severn est une jeune femme de 29 ans qui s'apprête à donner naissance à son premier enfant. Ce long-métrage documentaire propose une mise en regard du discours de Severn en 1992 avec la vision qu'elle porte sur le monde en 2009. 

Ce documentaire ramène chacun d'entre nous à une question universelle et essentielle : quel monde laisserons-nous aux générations futures ? 

Pour voir la bande annonce:

link

Avis perso: Un film positif (des actions positives aux 4 coins de la terre), avec de belles images et des moments émouvants. Agréable

Repost 0
Published by marie.nature. - dans Films et docs
commenter cet article